Protection de l'enfance

SOLIDAR’MOMES APPORTE SON AIDE A L’ORPHELINAT « MANDRESY »
TOAMASINA - MADAGASCAR

Suite à la venue à La Ferté Macé de Sef Akbaraly Président du Centre Orphelinat « Akany MANDRESY » notre association a décidé d’apporter son aide financière et matérielle pour  faire en sorte d’améliorer le quotidien des 20 enfants du centre, âgés de 3 à 15 ans .

MANDRESY est une association créée en novembre 2003 par Mme Hantanirina et une équipe de bénévoles malgaches de Toamasina (2ème ville et 1er port du pays)

Sa vocation est de recueillir des enfants orphelins ou abandonnés de l’un des quartiers déshérités de Toarmasina (anciennement Tamatave).

Ses fondateurs, souvent orphelins eux-mêmes et résidant à Toamasina, savent à quel point la vie quotidienne de ces enfants est précaire et leur avenir incertain.
Animés par une évidence de solidarité, malgré des moyens infimes, ils ont pris en charge des enfants pour les aider à grandir dans leur quartier et les préparer à une vie d’adulte dans leur pays.

Les projets de Mandresy :

La première ambition est bien sûr d’épauler les enfants recueillis jusqu’à ce qu’ils deviennent des adultes.
En second lieu il s’agit d’effectuer des travaux de construction d’un étage réservé aux filles et la création d’un atelier de formation.
Il faut donc réunir les fonds puis passer à la phase de réalisation.  « Solidar’Mômes » participe à ce projet . Vous pouvez adresser votre don (même minime) à « Solidar’Mômes » en spécifiant que vous souhaitez que celui-ci soit entièrement reversé à Mandresy . Nous cumulerons toutes les sommes collectées et les feront parvenir intégralement à nos amis malgaches. « Solidar’Mômes » vous adressera un reçu pour déduction fiscale puisque reconnue d’intérêt général. Un projet de construction pour un atelier de formation est aussi à l’étude.

Parrainer un enfant de Mandresy
Vous pouvez aussi choisir de parrainer un enfant de Mandresy sous l’égide de l’association, en prenant à votre charge les frais sous indiqués. (voir aussi page « Parrainages)


Les besoins : 

Les dépenses de fonctionnement prévues par enfant et par mois sont de 15 euros répartis comme suit :
Nourriture (repas, goûter)…………………....................8 €
Santé (médicaments, visite médicale…..................1 €
Education (instituteur, fournitures, etc..................2 €
Habillement ………………………….....…………..................1 €
Hygiène ……………………………….........................…………1 €
Frais de fonctionnement (électricité, entretien….2 €

Les autres besoins sont liés à la maintenance de la très modeste structure existante et à son développement en qualité et en nombre de possibilité d’accueil.

Cette formule d’aide consiste en fait en un parrainage collectif basé sur les sommes nécessaires pour financer les besoins d’un enfant pendant une année soit 15€ x 12 mois = 180 € qui ne vous reviendront qu’à 60 € après déduction fiscale.

Vous avez bien compris : L’hébergement +les repas + la santé + la scolarité … pendant toute une année = 60 € (après déduction fiscale) . En effet 66% de vos dons sont déductibles de l’impôt sur le revenu

Accueil

SOLIDAR’MOMES » VIENT EN AIDE A LA POUPONNIERE
« NATHALIE DE SAINT MARCEAUX », KISITO - BURKINA FASO

Le Home Kisito était d’abord une crèche familiale depuis 1931 avant de devenir une pouponnière en 1966, puis en 1985 un centre d’accueil d’enfants abandonnés ou orphelins avec officiellement le nom de Home Kisito.

Le Home Kisito a une capacité d’accueil de 45 à 50 nourrissons repartis dans trois sections suivant l’âge de chacun (petite, moyenne et grande section).

Depuis janvier 2003, l’orphelinat Home Kisito est géré par une communauté de religieuses de l’Institut des Sœurs de Saint François d’Assise suite à une convention signée entre l’Institut et le Bureau Exécutif de l’Association Kisito.

Depuis plusieurs années maintenant « Solidar’Mômes » soutient activement l’orphelinat Kisito et notamment en lui faisant parvenir par les containers habituels des quantités de produits et matériels utiles à la prise en charge de tous ces enfants. 

Depuis 2011 la nouvelle pouponnière a été construite à la périphérie de la ville par l ‘association Nathalie de Saint Marceaux et des locaux flambants neufs, fonctionnels et de plain pied offrent un meilleur cadre de travail au personnel et des conditions de vie plus agréables aux enfants.

CARMEN
(CENTRE D’ACCUEIL ET DE REINSERTION DE LA MERE ET DE SON ENFANT),
BURKINA FASO

Le CARMEN Kisito, deuxième réalisation de l’Association  Kisito après le Home Kisito est situé aux « 1200 logements », secteur 14 de Ouagadougou et compte trois structures d’accueil correspondant chacune à une activité.

Ce sont :

L’hôtel maternel qui accueille en internat les filles-mères en situation préoccupante dans le but de leur réinsertion sociale.  En externe, il reçoit des filles mères et des femmes en détresse pour une écoute, et des conseils dans l’optique d’une solution à leur situation.
La crèche d’une capacité d’accueil de quarante nourrissons, qui est une halte garderie pour les enfants de 0 à 3 ans dont les parents sont pris par les exigences de leur travail ou autres motifs.
L’école maternelle de 3 classes (petite, moyenne et grande section) pour enfants de 3 à 6 ans, chaque classe pouvant contenir jusqu’à trente (30) enfants. 

SOLIDAR’MOMES APPORTE SON SOUTIEN AUX CREN
(CENTRE DE RECUPERATION ET D’EDUCATION NUTRITIONNELLE),
BURKINA FASO.

Suite à la décision d’envoyer un container un membre de Solidar’mômes s’est rendu sur place .

L’objectif de sa « mission »était surtout de constater les bonnes répartition et utilisation des 17 000 boites de lait maternisé parties en container depuis nos entrepôts au mois d’août à destination de l’OCADES nationale au Burkina Faso (Organisation Catholique pour l’Aide, le Développement, l’Education et la Santé)  ainsi que de SOS Sahel au Niger.

Dans un premier temps, accompagné par la responsable « projets » de l’OCADES Nationale nous avons pu constater l’efficacité des méthodes de dispatching dans les 52 CREN du Burkina Faso où le lait a été réparti selon le  critère le plus équitable : le nombre d’enfants inscrits.

4 CREN pris au hasard ont été visité et ce furent à chaque fois des moments inoubliables tant ces moments furent chargés en émotion. Nous avons été très impressionnés par ces femmes venues des environs (parfois 10 ou 15 kms), et qui présentaient de tels signes de fatigue et de très grande lassitude.

Quand nos regards se croisaient et qu’elles esquissaient quelques sourires forcés pour manifester leur reconnaissance nous avons pu mesurer leur sentiment de désespoir et de culpabilité de n’être plus en mesure d’allaiter leur(s) enfant(s). Ces femmes nous ont touchés au plus profond du cœur et jamais nous n’oublierons ce mal-être ressenti face à leur abattement et leur désespoir car il faut un courage démesuré pour continuer d’accepter de vivre face à tant d’adversité.

Les grossesses sont souvent multiples (jumeaux, triplés ou quadruplés ne sont pas rares) et pour des mères qui doivent aussi travailler aux champs, s’occuper des autres enfants et de toutes les tâches de la vie quotidienne tout en ne faisant qu’un seul repas par jour, souvent à base de riz gras, il n’est pas difficile de comprendre la raison essentielle de l’incapacité à allaiter. 
Les femmes souffrant elles-mêmes d’une alimentation insuffisamment riche et diversifiée présentent des signes de carences importantes et ce sont bien sûr les nourrissons  qui en subissent les conséquences les plus dramatiques.
 
C’est là qu’interviennent les CREN en récupérant (souvent trop tard car les parents vivent mal le fait de solliciter de l’aide) les enfants dénutris et leur mère. Les cas les plus graves sont traités par voix d’hospitalisation et les autres entament à raison de 2 ou 3 fois par semaine un traitement de plusieurs mois durant lequel des méthodes de nutrition sont enseignées pour minimiser les risques de carences sévères.

Bien sûr cette méthode n’est pas une panacée car les moyens mis en œuvre par les CREN sont dérisoires au regard de l’importance des besoins. Nous avons entendu lors de nos 4 visites combien ce lait était précieux et avait redonné un peu d’espoir aux responsables de ces centres vitaux qui font preuve d’un immense courage et méritent vraiment que tout soit mis en œuvre pour les aider à soulager les souffrances de la faim mais nous savons que, même distribué avec parcimonie, le stock aura vécu avant le mois de mars.
 
Il y a aussi les enfants abandonnés par leur mère épuisée et qui sont recueillis par les grands mères. Certaines  donnent le sein  pour calmer les enfants qui « tétouillent » et finissent par s’endormir à bout de force.
 
Constat a été fait de l’immense travail des religieuses et des courageux bénévoles, travail effectué avec tant de dévouement et d’abnégation au service des plus démunis qui se trouvent être en si grand nombre dans cette partie du globe .
La «mission», en tant que membres Solidar’Mômes  au service de l’enfance en situation de vulnérabilité a pris ici tout son sens .
De retour en France le Président, Benoit RICHARD dit avoir touché du doigt une réalité insupportable pour notre XXI ème  siècle, réalité qui l’a profondément touché. Il espère  vivement pouvoir faire partager son  émotion en témoignant auprès du plus grand nombre et notamment auprès du généreux donateur afin de le persuader de la nécessité de reconduire  ce type d’action.


Au Burkina Faso :
  • 37% des enfants de moins de 5 ans souffrent d’insuffisance pondérale grave ou modérée.
  • 23 % souffrent d’émaciation grave ou modérée.
  • 35 % souffrent d’un retard de croissance grave ou modéré
  • Le taux de mortalité atteint 204/1000 …………………………………………………..…sans  commentaires.

PSAR DEPOT
CENTRE D’ACCUEIL DES ENFANTS DES RUES, FAISANT PARTIE DE L’ASSOCIATION KROUSAR THMEY (NOUVELLE FAMILLE EN KHMER), PHNOM PENH - CAMBODGE

C'est la première fondation d’aide à l’enfance défavorisée du Cambodge. Association apolitique et non confessionnelle, elle a été créée en 1991 dans le camp de réfugiés du Site II, situé à la frontière thaïlandaise, par Benoît Duchâteau-Arminjon.

Krousar Thmey apporte aux enfants défavorisés un soutien matériel, éducatif et social en harmonie avec leur environnement, tout en respectant leurs croyances et leurs traditions. L’association a pour objectif de conduire les enfants vers une vie d’adulte responsable et autonome.

Les trois grands domaines d’intervention dans lesquels Krousar Thmey agit sont :


  • Le soutien à l’Education et à la Scolarité : 

Ce programme permet à 2680 enfants d’être scolarisés dont 275 aveugles et 733 sourds. Cela consiste en 4 écoles pour enfants sourds et 4 pour enfants aveugles ainsi que 43 classes intégrées. Krousar Thmey vise à une éducation de qualité et gratuite mais également à l’intégration dans la société des sourds et des aveugles dès leur plus jeune âge.
Extrait d’un courrier d’A. COURRAU  Président de « Krousar Thmey France :
« Outre le Centre d'enfants des rues de Phsar Dépôt, que vous soutenez depuis si longtemps (soyez-en encore remerciés), des écoles spécialisées pour sourds et pour aveugles. Or il se trouve que la principale de ces écoles, située dans la banlieue de Phnom Penh, vient d'être engloutie par une crue du fleuve ».

«Solidar mômes » a donc choisi d’apporter son aide financière pour la reconstruction de cette école en faisant parvenir  en décembre 2008 un chèque de 2500 € qui sera partagé avec « Psar dépôt » . 


  • La protection de l’Enfance : 

674 enfants sont pris en charge dans les 7 centres de protection dont « Psar Dépôt » et les 11 maisons familiales et près de 380 autres sont soutenus matériellement, scolairement et socialement dans ce programme.
Le but est de reconstruire autour de ces enfants une cellule familiale. « Solidar’Mômes » a choisi cette structure en raison des liens d’amitié qui l’unissent à Yim Thanath et qui en est la Directrice.

A Psar Depot,  les enfants sont accueillis pour déjeuner, ou pour une nuit, ou beaucoup plus longtemps. Plusieurs fois par semaine, les éducateurs de ces centres font des rondes dans le cœur actif des rues pour donner des soins aux enfants et leur expliquer qu’il existe une meilleure solution. C’est alors que les enfants doivent prendre la décision de venir ou pas, mais en aucun cas ne peuvent y être contraints.

Depuis ces derniers mois, cela devient de plus en plus difficile de trouver les « exclus » puisqu’il y a maintenant une loi interdisant aux sans-abris de vivre dans la ville. Lorsque  la police les attrape, ils sont emmenés au centre gouvernemental de réhabilitation, solution qui, évidemment, ne saurait être suffisante pour redonner une chance à ces enfants abandonnés de tous.
Les membres de Krousar Thmey à la rencontre des enfants des rues


  • L’aide au développement artistique et culturel : 

Environ 1000 enfants participent à des cours d’arts traditionnels Khmers à l’Ecole d’Arts et de Culture Khmer de Sisophon.
La lutte pour la préservation de la culture Khmère (danse, musique, théâtre d’ombres, dessin et sculpture) est une priorité pour un peuple qui réapprend et redécouvre sa culture et ses traditions.


Vous pouvez adresser votre don (même minime) à « Solidar’Mômes » en spécifiant que vous souhaitez que celui-ci soit entièrement reversé à Krousar Thmey . Nous cumulerons toutes les sommes collectées et les feront parvenir intégralement à nos amis cambodgiens.
« Solidar’Mômes » est reconnue d’intérêt général et vous adressera un reçu pour déduction fiscale.
66% de vos dons sont déductibles de l’impôt sur le revenu . Ex : 100 € de dons ne vous coûteront en réalité que 33 €
Contact
Solidar'Mômes
Chemin de la petite vitesse
61600, La Ferté-Macé
Tél: +33 6 74 51 74 63
Association apolitique, non confessionnelle.
Reconnue d'intérêt général, Solidar'Mômes est habilitée à émettre des reçus fiscaux vous permettant de récupérer jus'à 66% de votre don.
© Copyright : Solidarmomes.com  (Tous droits réservés)
       JYT : Solidarmomes v07.001